Écheveaux / Skeins

Felicity Manning

Édition bilingue Anglais Français

Traduit de l’anglais par Belem Julien

COLLECTION BOQUIM
LE LIVRE

Poésie
18 x 12 cm
144 pages
Reliure brochée
ISBN 979-10-92521-09-2

Partant d’un jardin au seuil de l’automne, ce recueil va son chemin au fil des saisons et s’achève au bord de la mer, le dernier jour des vacances d’été. Les poèmes font la navette entre Bretagne et Grande-Bretagne, de l’Atlantique à la rivière Swale, et des cromlechs bretons aux pierres à cupules des Pennines.

L’AUTEUR

Felicity Manning est née en 1948 à Londres et a grandi là où la banlieue côtoie la Forêt d’Epping. La volonté d’aller vers la vraie campagne la conduisit, après des études agricoles, dans le Devon, puis le Sussex et enfin à Swaledale, dans les vallons du Yorkshire. Sa maison donne sur des landes de bruyère, un paysage omniprésent dans son écriture. Elle est membre du cercle Hall Garth poets. Son recueil Long Held Notes – poems of Swaledale a été publié chez Mudfog en 2011. L’un des poèmes, Flood, a été choisi suite à une commande du compositeur Michael Brough pour Swaledale Sequence, un morceau pour piano, clarinette et voix, et chanté une première fois au Swaledale Festival, puis à Notting Hill, à Londres. Il y a quelques années, avec son mari et leurs deux filles, elle découvre la Bretagne : un superbe contraste avec sa région enclavée au Royaume-Uni. La région de Pont- Aven apparaît de plus en plus souvent dans son travail, à mesure qu’elle se laisse ravir par les merveilles du littoral et les mystères des terres qui en ont tant fascinés avant elle. Ses séjours bretons se font de plus en plus longs…

EXTRAIT
Pont ar Bleiz

Le Chemin de Pont ar Bleiz a désormais presque disparu. Il se trouve à Croas Hent Kergoz, près de Pont-Aven. Bleiz veut dire loup en breton.

Vestiges d’une allée de chênes.
Les troncs de têtards globuleux
mènent à un domaine oublié.
Plus loin est un bois délaissé,
tunnel de malachite miroitant
dans les rais d’un soleil rasant.

Plus tard, un ramier s’alarme sans raison.
C’est l’heure verte, le crépuscule,
entre chiens et loups, disent-ils.

Même les insectes se changent en pierre
et une chouette se perd
dans de sinistres ombres.

Le passé est présent et je le vois.
Un loup vert passant l’allée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *